Les Pich' sur le caillou

04 décembre 2017

Botanique

Alors que certains "croulent" sous la neige, je me suis dit qu'un petit post printanier apporterait un peu de dépaysement.

C'est vraiment un plaisir pour nous de découvrir les richesses de la flore calédonienne, tellement différente évidemment de celle européenne! Au cours de nos premières pérégrinations, nous avons été frappés par la grande variété de plantes, arbres et surtout palmiers du territoire. En parlant de palmier, il en existerait 27 espèces différentes dont 15 endémiques à l'île.

DSC03389

DSC02403

DSC02984

DSC03010

DSC02936Les cocotiers n'ont quà bien se tenir.

Il y aussi les hautes fougères que je trouve magnifiques.

DSC03405

DSC03407

Et tellement d'autres plantes étonnantes:

DSC03378

DSC03379

DSC03384

DSC03388

DSC03440

DSC03454

DSC03489

DSC03067

DSC03111

DSC03125

DSC03174

Il existe également des arbres géants! Voici les enfants devant un araucaria (30 mètres de haut et 9m de diamètre)

DSC03396

DSC03402

Certains préfèrent se nourrir de leurs congénères....

DSC03490

 Bizarrement ces drôles de sapin sont apparus tout récemment...

IMG_20171202_195727

Posté par manalabali à 19:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 novembre 2017

Retour à la brousse

Dimanche dernier, nous avons eu le plaisir d'assister à la 23ème édition de la fête du boeuf qui se déroulait à Païta.

Païta c'est la rurbanisation par excellence, au départ un simple village qui au fil du temps s'est developpé pour faire partie maintenant de "la grande banlieue de Nouméa", où pour le dire autrement c'est la brousse aux portes de la ville. Les loyers y sont moins chers qu'à Nouméa et la densité de population a littéralement explosée au cours des dernières années. Mais pour en revenir à notre fête du boeuf et bien c'est un peu la mini-version de la foire de Bourail (on y retrouve forcément les mêmes exposants) et le boeuf à toutes les sauces y est mis à l'honneur!

Petit clin d'oeil à mon beau-frèreMiam les bonnes brochettes de boeuf!

En plus des manèges, des exposants, des chanteurs de musique Caldoche, la grande attraction mais c'est bien sûr le Rodéo à nouveau!! Et cette fois-ci de jour, j'ai donc le grand plaisir de vous partager quelques images.

DSC03316Du grand spectacle! Oups pas la bonne photo ;)

 

DSC03338

DSC03343

DSC03345

Il y avait à nouveau le traditionnel lâcher de cochon, ce dernier étant plutôt malin puisqu'il a vite fait trouver le chemin de la sortie, hélas avant de se faire rattraper.

DSC03349

DSC03351

DSC03354Encore une bien belle journée sous le soleil calédonien!

Le vent est revenu, notre Luc-Arthur a attrapé un gros rhume, voyez on a les mêmes maux qu'en métropole;)

Tata bisous. Trad: au revoir à bientôt

Posté par manalabali à 18:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2017

La régate des touques

Késako la régate des touques?

DSC03203  Tous les ans à Nouméa, collèges, lycées, sociétés ou administrations missionnent une équipe qui va préparer pendant plusieurs mois son embarcation munie de flotteurs pour participer à cette course de bateau pour le moins singulière. Moteurs interdits, place à l'ingéniosité, à l'originalité et à la force des bras!

Pour l'édition 2017, 23 équipes se sont affrontées sous un magnifique soleil, applaudies par 15 000 spectateurs, c'est vous dire le succès.

DSC03182

DSC03183Démarrage de la course et premiers affrontements.

DSC03185Jusqu'au bout la lutte sera dure entre les deux premiers le lycée Petro Attiti et la SCB (société calédonienne du bâtiment), suivis de près par les bikers qui termineront la course sur la troisième place du podium cédant leur titre de champion de l'an passé.

DSC03188

DSC03190Ils étaient pourtant encouragés en musique!

 

Certaines touques ne manquaient pas d'originalité mais peut-être de vigueur chez les rameurs ...

DSC03191

DSC03196

DSC03198

DSC03201

DSC03202

Bravo aux concurrents et à l'année prochaine pour une nouvelle édition!

Posté par manalabali à 19:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2017

Houaïlou (suite et fin)

Et c’est parti pour une nouvelle journée découverte. On commence par le marché soit 6 stands qui se battent en duel avec quelques fruits et légumes, gâteaux et plats préparés. On se fait une petite matinée tranquille au camping  sous les litchiers, manguiers et au milieu des plantes et fleurs. Notre hôtesse adore jardiner et ça se voit !

DSC03001

DSC03020

DSC03021

DSC03025

Nous partons sur les routes autour de Houïlou, visite guidée proposée très gentiment par Christelle et Yannick avec leurs enfants. On roule vers Poro, puis on emprunte une route difficilement carossable (vive le 4X4 toujours) et nous voilà au bord d’un trou d’eau prêts pour la baignade. Les enfants sont ravis. D’abord timides, ils finissent tous par s’en donner à cœur joie et sauter à qui mieux mieux ! L’eau est fraîche, transparente... bon pas longtemps avec les remous des kids.

Yannick et Christelle

DSC03028

DSC03032

Après la baignade, direction un ancien site minier qui nous permet d’accéder à de superbes points de vue côté mer et côté vallée. C’est magnifique. Yannick prend le temps de nous expliquer, il connait bien étant de la région, il a aussi une formation de géologue.

Ptéroglyphe

DSC03041

DSC03046

DSC03047

DSC03074

On aura bien roulé, plus de deux heures en tout. On finit par un petit apéro sous la lampe suspendue au litchier. Il faudra revenir en décembre, Houaïlou est connue pour sa fête du litchi .

 

Pour notre dernier jour, nous avons droit à notre cours privé autour de la noix de coco. Marco veut connaître toutes les astuces. C'est Carlo le fils aîné de la famille qui nous fait le show. Tout le monde profite du spectacle, même les chiens tentent de grapiller leur part!

DSC03078

DSC03082

DSC03084

DSC03086

DSC03092

 La noix de coco fraîchement râpée est mise de côté, elle finira dans une bonne salade tahitienne de retour à Nouméa.

 

En attendant, nous reprenons notre route vers le Nord et Poindimié pour profiter de sa jolie plage de sable blanc. Sur le trajet, nous tentons une petite randonnée vers une cascade. Les indications sont sommaires. Nous nous retrouvons sur un sentier envahi par les herbes et les plantes, il n'est visiblement plus pratiqué. Nous rebroussons chemin mais l’espace d’un instant, nous nous serions crus en pleine jungle.

DSC03106

DSC03113

 

DSC03107

Notre séjour se termine, nous décidons de rentrer par la route aux  500 virages, histoire de tester mon estomac. Grâce aux huiles essentielles, ça passe ! Quel plaisir que de retrouver la « civilisation » et les douches chaudes !

DSC03169

Posté par manalabali à 18:58 - Commentaires [1] - Permalien [#]

18 octobre 2017

Houaïlou (2ème partie)

Première nuit un peu agitée car Baptistine doit se lever chaque nuit pour aller aux toilettes -petite vessie oblige- et pour la discrétion c’était sans compter sur les compagnons à quatre pattes de nos hôtes qui ont bruyamment accompagné son trajet, les chiens de toute la vallée n’ont pas manqué de répondre à leur appel. On se serait cru dans un épisode de La Belle et le Clochard !

Nous attaquons notre journée découverte, on visite Houaïlou c’est-à-dire quelques habitations, une mairie, un tout nouveau marché couvert pas encore inauguré, deux quincailleries, trois dépanneurs…  Marco n’a pas pu résister, il a fait le plein de Barilla. Allez comprendre elles étaient bien moins chères que la production locale de pâtes et que les Panzani (une fortune en Nouvelle-Calédonie). Pas grave c’est le big boss qui gère le rangement dans le coffre pour le retour !

On remonte ensuite vers le Nord et le village de Ponérihouen  (je ne sais toujours pas bien le prononcer !) Très joli mais assez sommaire aussi. Il faut bien le dire la côte est, et surtout ce coin souffre d’une mauvaise image auprès des touristes. Les bords de mers sont essentiellement composés de sable noir et de platiers. Amateur de snorkeling , ce n’est pas ici que vous trouverez votre bonheur, par contre il y a de très beaux spots de plongée un peu plus au large et autour de Poindimié. Nous, ce qui nous enchante ce sont les paysages entre bord de mer et montagne.

DSC02977

DSC02981

DSC02982

DSC02991

La région vit essentiellement des exploitations minières. Nous nous sommes aventurés sur une de ces zones. C’est impressionnant.

DSC02969

Bon la voiture est rouge de poussière !

C’est l’occasion de tester un autre joli coin pique-nique au bord de la rivière et de la mangrove. De toutes petites aiguillettes viennent partager notre repas. Le pêcheur de la famille emmêle son fil dans la broussaille, et un leurre de perdu un !

DSC02958

DSC02959

DSC02960

DSC02965

Opération eau de coco fraîche à boire, zut on a oublié les pailles !

DSC02953

DSC02954

On rentre doucement au camping, c’est l’occasion de compter le nombre de voitures brulées sur le bas-côté de la route ou dans les fossées ou même celles plantées dans un arbre. Pour l’année 2016, 65 voitures brulées pour la région dont les deux tiers sont des véhicules volées, la jeunesse désoeuvrée a de drôles d’occupations sur le territoire. Dommage !

DSC02952On termine notre soirée de manière moins lugubre avec un repas en table d'hôte, au menu christophine ou chouchoute farcie, bec de cane en papillote, patate douce et salade de chou, un régal! C'est l'occasion de discuter avec nos hôtes, ils sont en pleine coutume de mariage pour une nièce. Ils tentent de nous expliquer les différentes traditions liées à la Coutume, ce sera l'occasion pour moi de faire bientôt un post sur ce sujet.

Notre deuxième jour à Houaïlou s'achève déjà.

Posté par manalabali à 16:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 octobre 2017

Houaîlou (1ère partie)

Amis lecteurs, les vacances étant enfin là, il était temps pour nous d’aller découvrir un peu plus ce superbe caillou qui nous accueille ! Destination la côte est et plus précisément le petit village de Houaïlou chez Christelle qui tient depuis peu avec son mari, un camping et propose également gîte et table d’hôte.

CARTE_GEO_2

Les trois heures de route depuis Nouméa nous ont charmés par des paysages très diversifiés. D’abord la brousse en allant jusqu’à Bourail avec les pâturages à bétail plutôt secs en cette saison puis en prenant la transversale du col des Roussettes avec une végétation beaucoup plus luxuriante sauf dans de nombreuses zones où tout a brûlé !

DSC02923

 

DSC02928

 

 

 

 

 

 

C’est un régal pour les yeux.

Nous quittons la province Sud pour celle du Nord.

 

DSC02926

 

DSC02915DSC02907

DSC02920

DSC02922

Premier arrêt au bord de la route où l’on trouve régulièrement des espèces de cahutes avec des choses à vendre : plantes, courges, coquillage, pain, brochettes de viande, poisson…. On trouve de tout ! Nous avons testé le pain marmite. Comme son nom l’indique c'est un pain cuit dans une énorme marmite, ce n’est pas mauvais ! Le plus amusant, c’est qu’il n’y a pas de vendeur, on se sert et on dépose l’argent correspondant dans une petite boîte.

DSC02924

DSC03131

DSC02904

    Nous retrouvons l’océan de l’autre côté. En avance sur notre horaire nous faisons une halte pique-nique sur la plage, l’eau est à la bonne température, c’est parfait pour un début de vacances !

DSC02935

DSC02939

DSC02941

DSC02943

C’est l’heure de s’installer au camping, deux ans que nous n’avons pas campé, les habitudes reviennent. C’est royal nous sommes les seuls. Il faut se dépêcher avant que la nuit tombe et prendre l'habitude de faire nos repas à la lampe Petzl. Bon le seul bémol c’est qu’il n’a pas plu depuis 4 mois sur la région (phénomène El Nina nous dira notre hôte, du jamais vu !) Résultat, tout le village est en restriction d’eau et a droit à l’eau courante une petite heure par jour. Nous disposons d’une cuve et de seaux d’eau pour les toilettes et la douche. Le propriétaire va puiser tous les jours l'eau nécessaire dans une rivière un peu plus haut. On se débrouille, c’est rustique mais propre.

Les enfants ont ainsi découvert les joies de la douche froide, bon quand il fait 27°c en extérieur, il n’y a pas mort d’homme…

Posté par manalabali à 13:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 septembre 2017

La face cachée du territoire

GOPR0336

Depuis notre arrivée, je vous ai fait miroiter le côté carte postale de la Nouvelle-Calédonie. Et c’est vrai que cette île est fabuleuse avec des paysages magnifiques et par endroit réellement préservés de la main de l’homme. Mais comme partout, tout n’est pas mirifique. En tant qu’expat, nous avons plutôt une belle situation avec un logement de fonction et une qualité de vie proche de celle de la métropole. Ce n’est pas le cas d’une bonne partie de la population, surtout locale. Nouméa, à elle toute seule, regroupe un tiers de la population Calédonienne (100 000 habitants sur 270 000 ). Les tribus de la grande terre et des îles loyautés se vident, les jeunes et moins jeunes viennent chercher du travail en ville, essentiellement à Nouméa ou tout au Nord dans le nickel (grosse part des revenus de la Calédonie). Résultat, les loyers explosent dans la capitale alors que les salaires restent bas (le smic est inférieur ici à celui de la métropole alors que le coût de la vie y est plus élevée). On voit donc apparaitre dans tous les recoins de la ville des squats. Ceux-ci sont « reconnus » par les autorités, on peut se raccorder à l’électricité et à l’eau. Ca vous donne ce genre de formulaire à l’école pour la visite médicale :

 

DSC02853

 

Ce qui m’a choqué en arrivant de métropole c’est le fonctionnement daté de certains services. On a parfois l’impression de revenir 10 ans en arrière. Le recyclage est plutôt timide, pour le verre les canettes et le papier des containers sont accessibles à plusieurs endroits de la ville ou dans les parkings des supermarchés mais pour le plastique, le carton, les boîtes de conserve il faut se  déplacer en déchèterie (pas sûr que tout ne passe pas finalement aux encombrants…) Les sachets plastiques (poches / cornets) se distribuent encore largement, sans modération. La population n’a pas l’air de se préoccuper beaucoup de ces questions d’environnement, de nombreux déchets traînent dans les rues… C’est dommage. Il n’y a pas vraiment de réelle prise de conscience dans ce domaine.

Lorsque je parlais d’une remontée dans le temps,  cela vaut aussi pour Internet, ou le dégroupage total n’existe pas, on fonctionne avec deux téléphones : un pour les appels locaux et ceux vers l’étranger ou la métropole. Les prestataires sont différents de ceux auxquels nous sommes habitués.  A l’école, on tente de lutter contre l’obésité et les problèmes de diabètes mais des goûters pas toujours light sont encore servis d’office à la maternelle.

 

Il n’en reste pas moins que les gens qui vivent ici sont tous accueillants et ont le sourire. Hormis peut-être la jeune génération. Nous habitons à côté d’un lycée, et le regard des jeunes kanaks sur nous les blancs de métropole est parfois dérangeant. On sent chez eux pas mal de désoeuvrement. Est-ce dû à la difficulté de gérer le  clivage entre coutume, liens familiaux et claniques forts face à un shéma français peut-être pas toujours adapté ? D’ailleurs un des gros fléaux de la Calédonie, c’est l’alcoolémie. Le gouvernement a imposé des restrictions sur la vente d’alcool tellement le problème est imposant et joue sur la sécurité routière. Le nombre d’accidents de la route est impressionnant, la Nouvelle-Calédonie détient un triste record en matière de mortalité routière. Le mercredi, vendredi et samedi après-midi la vente d’alcool est interdite sur tout le territoire. Cela ne nous empêche pas de croiser nombre d’individus éméchés. La nuit il vaut mieux rester prudent lorsque l’on prend le volant.

courbe_deces_octobre2014grand

 

Posté par manalabali à 20:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 septembre 2017

Sortie pêche

Il l'attendait notre passionné, cette première sortie en mer sur bateau pour aller pêcher.... Samedi dernier, Lulu était donc fin prêt pour aller pêcher comme un grand grâce à l'association GT Calédonie. Lever à 4h30 du matin pour être au rendez-vous à 5h30 avec l'équipe sur le bateau. Marc-Antoine l'accompagne, pour lui aussi c'est une grande première! Ils ne sont pas prêts d'oublier cette magnifique journée.

2h30 de navigation vers le sud tout en restant dans le lagon et c'est parti pour titiller le poisson.

DSC02789

Pêche jusqu'à midi, pique-nique, reprise de la pêche et ça mord!

DSC02795Luc-Arthur a pêché comme un fou toute la journée, empruntant les cannes de tout le monde et testant le matériel. Heureux comme un poisson dans l'eau.... Et ma foi , sa loche saumonnée (famille des Mérous) n'était pas mauvaise à la plancha!

Rentrés à 19h, mes hommes étaient ravis de leur journée mais claqués!

DSC02838

 

Posté par manalabali à 16:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2017

Emploi du temps

Pas d'exotisme dans ce post mais simplement quelques nouvelles fraîches de la famille. Surtout pour les amis des enfants. Pour nous aussi c'est la période de rentrée avec la reprise ou la découverte de nouvelles activités. Chacun connaît ce temps de démarrage en force... moi qui croyait qu'ici on allait prendre le temps.... Les journées filent à une vitesse! Le danger pour moi c'est de ne plus travailler, finalement on se colle un tas de choses sur le dos et c'est .... crevant! Je ne m'inquiète pas, je sais que petit à petit une routine va s'installer et on va réussir à le prendre ce temps si précieux!

Luc-Arthur s'est vite adapté à sa nouvelle école. Je ne suis pas sûre qu'il soit vraiment présent en classe, du matin jusqu'au soir il ne nous parle que de pêche et de poissons ! Une véritable obsession, il est vrai que ce qu'il peut apercevoir au fond de l'eau est bien différent de ce qu'il y avait dans le Tarn ou l'Aveyron. Dès qu'il a 5mn, il file 500 mètres plus bas au petit port pour pêcher. Au grands maux les grands moyens je lui ai trouvé une association très sympa (Calédonie GT association) qui propose un atelier tous les 15 jours pour apprendre des techniques de montage de ligne et qui fait aussi des sorties de pêche en bateau. Le petit hic c'est qu'il n'a pas l'âge requis pour entrer dans l'association, résultat il doit être accompagné d'un adulte et c'est donc Bibi qui s'y colle... (motivée, motivée, il faut se motiver) bientôt je serai incollable! En parallèle, il a retrouvé une équipe de Handball où il a été très bien accueilli. Son expérience de métropole lui sert bien, il est ravi de rejouer et prend de l'assurance.

IMG_20170905_190755

Baptistine s'est aussi très vite intégrée dans sa nouvelle école même si c'était un peu dur pour elle d'être nouvelle partout. Ceci dit elle s'est vite retrouvée la coqueluche de sa classe et carbure bien avec son enseignante. Elle a un peu de mal à gérer la fatigue et les grandes journées avec la cantine mais petit à petit ça se fait. Evidemment, il lui tardait de reprendre l'équitation. C'est chose faite depuis deux semaines, quel plaisir pour elle de remonter sur un poney ou double poney. Dans son cours elle a été super bien accueillie, et le moniteur est au top même si exigeant, c'est sûr elle va progresser.

Bponey

Quant à notre Lise, l'adaptation fut plus longue notamment au niveau de la scolarisation. Elle avait beaucoup de nostalgie de Montauban, de son ancienne école et de ses anciennes copines ou plutôt de SON ancienne copine. Elle réussissait à l'exprimer ce qui était une bonne chose. Cela s'arrange, elle se fait de nouveaux amis, s'amuse et surtout profite de sa maman pour elle toute seule le midi car je ne l'ai pas mise à la cantine pour le moment. Elle a commencé le judo à raison de deux entraînements par semaine et s'éclate! Et surtout pour son plus grand bonheur, on a enfin investi dans un trampoline (sinon elle squattait sans cesse celui d'une voisine).

IMG_20170905_171635Ce qui change le plus pour eux, c'est que nous sommes dans une enceinte fermée, avec beaucoup d'autres familles autour, ils ont donc tout loisir pour aller jouer avec les petits voisins.Vélo trotinette, grimpette, ils s'en donne à coeur joie. C'est comme un camping géant où il y aurait toujours des copains avec qui jouer... se disputer aussi! C'est parfois un défilé incessant dans les maisons avec des coups de sonnettes intempestifs mais on s'y habitue et on essaye d'instaurer quelques règles....

Voici une belle brochette:

7B54D81B_C1B6_4089_8553_739D0A27EBB3

Marc-Antoine travaille, travaille , travaille. La mise en route est assez hard, on le voit peu, il avoue lui-même qu'il ne sait même pas oû se situe l'école des enfants, s'ils mangent ou non à la cantine ... mais les vacances arrivent bientôt!! (un peu plus tôt qu'en métropole).

Pour ma part, je me suis inscrite en salle de sport en plus de la course à pied, je me fais plaisir en démarrant mes journées par une séance de sport (aïe les courbatures) s'ensuivent diverses tâches domestiques dont celle de faire les courses en essayant de trouver des produits à des tarifs abordables si possible de qualité. Le rythme  est intense mais le cadre est plaisant!

A nouvelle vie, nouvelle coupe:

IMG_20170914_155417Sinon, on a recréé un groupe de desperate housewife dans mon quartier. Nous sommes quelques-unes dont les affinités se sont trouvées, avec un peu d'humour en plus, on se sent tout de suite moins seule. 

 

Posté par manalabali à 18:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 septembre 2017

La chasse à la baleine

Non les amis, ce n'est pas Moby Dick revisité mais presque! Ah ces baleines que l'on souhaitait tant voir... il fallait les mériter!

L'observation des baleines, c'est un peu un passage obligé lorsque l'on vient en Nouvelle Calédonie. De mi-juillet à mi-septembre, ces cétacés viennent en grand nombre se reproduirent et mettre bas. On peut les observer depuis la pointe sud de la Calédonie et c'est devenu forcément une attraction et un bon filon touristique! Heureusement depuis quelques années, il y a une charte à priori bien respectée par l'ensemble des prestataires pour préserver un peu de leur tranquillité. Les bateaux ne doivent pas s'approcher à plus de 100 m et ont un délai d'une heure pour l'observation, une demi-heure s'il y a un baleineau.

Naïvement, nous avons décidé de passer par un prestataire local, qui possède son propre bateau et propose à des tarifs attractifs, de partir à la rencontre des baleines puis d'aller visiter l'ile Ouen et de partager un repas en tribu. Cela semblait intéressant, on m'avait pourtant bien dit de toujours vérifier! La veille du départ, la météo annoncée était assez mauvaise avec beaucoup de vent, le gars nous appelle, on s'accorde pour reporter d'une semaine.

Jour J la semaine suivante, on voit tous les touristes partir en catamaran et nous sagement attendre M. Wethy qui ne s'est jamais annoncé. Sûrement une soirée un peu trop arrosée la veille!! Rassurez vous nous n'avions rien déboursé. Il fallut juste consoler nos trois loulous bien déçus, et nous donc! C'est le local... On y a a gagné cette magnifique journée à Prony (voir mon post précédent). Dommage la mer était d'huile, le soleil resplendissait.

Bien décidé à les rencontrer ces fameuses baleines, nous sommes donc passés par un prestataire un peu plus officiel. Journée en catamaran à la rencontre des baleines:  dimanche nous y étions!

DSC02663

DSC02668

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accueil très sympathique sur le Bayou, par notre skipper Pascal, son épouse et leurs deux enfants. Ils viennent juste de terminer un tour du monde de 19 mois sur leur catamaran.

On prend le large en douceur. Petite ondée passagère, puis le soleil revient. Le vent se lève, la houle aussi. On a droit à un topo sur les baleines. A votre avis,  ça pèse combien cet animal? Et ça mesure combien? Vous connaissez le poid d'un baleineau à la naissance?

La consigne est donnée, pour repérer les baleines il faut reconnaître le petit geyser d'eau qu'elles font lorsqu'elles viennent respirer à la surface. Tiens ça tangue pas mal! J'ai l'estomac un peu barbouillée. Je scrute l'horizon.

Ca y est, le signal est lancé, baleines en vue!

DSC02697Trois baleines, elles cavalent, dur dur de les rattraper!

On met les moteurs, elles filent face au vent , ils faut suivre la cadence, la houle est assez forte.

DSC02685Bon honnêtement, nous ne sommes pas des pros de la photo, en plus on préférait s'emplir les mirettes, donc on ne pourra pas vous montrer LA baleine en train de faire un saut majestueux (surtout qu'elles n'en ont pas fait!).Nous les avons suivies pendant une heure. Après, je vous avoue je n'ai plus vu grand chose si ce n'est le fond de ma bassine! Et oui, j'ai découvert que j'étais sujette au mal de mer, et croyez moi les amis, cette journée je m'en rappellerai! Même la pire gastro, c'est du pipi de chat à côté! 

Alors ne me parlez plus d'aller voir les baleines... Veni, vidi mais pas vici!

 

Y en a qui en ont tout de même profité!

DSC02709J'ai survécu mais je me demande si c'est sage d'acheter un bateau pour de futures escapades...

 

Posté par manalabali à 19:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]